21/07/2010

La maltraitance des chevaux. (Extrait du site : www.chuchoteur.be)

Quand on parle d'un cheval maltraité, on pense souvent qu'il a reçu des coups.
Pourtant, maltraiter, ce n'est pas uniquement battre un animal.
Il y a bien d'autres formes de maltraitance, souvent dues, plus à l'ignorance, qu'à la méchanceté.

Remerciements:

Je voudrais d'abord remercier vivement tous les scientifiques, éthologues ou autres qui par leurs observations du comportement des animaux dans leur milieu naturel, nous éclairent sur la culture propre à chaque espèce. Cela nous permet de mieux comprendre comment vivent ces espèces entre elles et d'essayer de mieux nous réintégrer nous mêmes dans le milieu naturel.

L'incompétence:

Ignorer tout de la "culture propre des chevaux" ne peut, hélas, que conduire à des maltraitances.
Cela engendre une incompréhension des réactions du cheval.
Ce qui peut mener à une alternances de "punitions" et de "récompenses" hors "timing" qui, complétement injustifiées, ne font qu'augmenter le traumatisme de celui ci.
Le cheval ne comprend pas ce qu'on lui veut et fait du n'importe quoi pour se sortir de ces situations qui lui sont pénibles. La situation se dégrade de la faute de l'homme incompétent.

Le confinement accompagné d'un manque de "récréations":

Quand je me trouve dans ce que j'appellerai une prison pour chevaux et que, je vois les prisonniers dans leur cellule, j'ai envie de leur dire: "Mon pauvre, si je pouvais te libérer, je le ferais, mais c'est moi que ton proprio ferait mettre en prison."

Les gens qui sont en prison me comprendront sûrement si je dis que c'est de la maltraitance que d'être privé de liberté. Pour les humains, on dit qu'ils doivent payer leur dette à la société parce qu'ils n'ont pas respecté ses règles.

Que dire pour les chevaux. Quelles règles n'ont-ils pas respectées pour être mis en cellule ?
Leur propriétaire ont mille arguments pour justifier de leur conduite. Ces arguments sont des considérations humaines, souvent pratiques ou économiques (le temps, c'est de l'argent), qui ne signifient rien pour le cheval.
Ce "buveur de liberté" n'est pas plus heureux dans sa cage dorée que le prisonnier qui aurait une cellule de luxe avec tout le confort, et qui n'irait dans la cour que quelques minutes et seul.
Voir d'autres congénères tout près mais ne pas pouvoir avoir de contact avec eux, est une autre torture pour un animal qui vit naturellement en groupe. Un cheval seul est strèssé et inquiet. La sécurité rassurante n'étant, pour lui, que dans le groupe.

L'homme primitif était appelé l'homme des cavernes. Ils n'y a jamais eu de cheval des cavernes.
Seuls les prédateurs se sentent plus en sécurité enfermés dans leur caverne moderne. Les chevaux, animaux de proie, cherchent l'espace pour voir le danger arrivé de loin et pouvoir fuir.

D'autres exemples de maltraitance:

La monte en main des juments par l'étalon:
Tenue en main et parfois entravée, la jument est saillie sans préliminaires. Les dames aux amants indélicats comprendront ce que je veux dire.

Les poulains sevrés trop tôt et de façon brutale:
Traumatisme psychologique certain et la porte ouverte aux futurs troubles du comportement. L'éducation de maman est incomplète. Il avait encore tellement besoin d'elle, et ce papa (l'étalon) qui a disparu avant sa naissance. Il lui aurait appris à se défendre et comment devenir un adulte bien dans sa tête.

Le manque de repères des poulains entre eux:
On l'a peut-être, si il a eu de la chance, laisser au pré avec d'autres poulains. Il a pu jouer et faire des bêtises avec eux mais il n'y avait plus d'adulte pour le réprimander et le guider pour lui apprendre les limites. Il est donc resté un poulain turbulent et traumatisé.
Les hommes lui mettront ensuite une étiquette de: "Cheval difficile".

Le dressage "Méthode militaire":
Reparlons en des hommes ou du moins de certains:
Ils sont des spécialistes du dressage et vont mettre ce poulain dans un moule. Le driller comme le sergent qui fait marcher au pas le bon petit soldat. "Fais ce que je te dis, c'est un ordre, et ne pose pas de question sinon tu auras des sanctions disciplinaires."
Fier de lui, le "sergent dresseur" se flatera de présenter un cheval qui fonctionne bien. Il marche au pas sans discussion. De toute façon, il n'a pas le choix l'esclave. Il fait ce qu'on lui dit, même si il n'a rien compris cet idiot. N'est ce pas ce qu'on veut obtenir de lui ?

Question:
Où sont passés les rêves de l'enfant qui était fasciné par la beauté et la grâce des chevaux sauvages.
Mais qu'est ce qui l'a rendu comme ça ? N'est ce pas lui qui n'a rien compris aux chevaux.

De bonnes paroles pour conclure:
Je terminerai sur une phrase que cita Lucien Gruss (grand écuyer et homme de cheval).
Lors d'une interview, maître Lucien Gruss, parlant de son admiration pour son père, Alexis Gruss senior, cita ce conseil de son père:
"Fais ce que tu veux avec un cheval, mais ne le dépersonnalise jamais. Garde lui toujours sa joie de vivre et sa fraîcheur."
Autre phrase de Lucien: "Un cheval est beau parce qu'il est cheval, pas parce qu'il fait des trucs."

13:03 Écrit par claudine | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.